Dame Vanoise Peint La Boheme

Dame Vanoise Peint La Boheme

Shetland Sheepdog

MDR 1

Le gène MDR:


A partir de 1975 les recherches sur les antiparasitaires sont portées vers des substances d'origine naturelle. ce n'est qu'en 1979 que les travaux effectués sur un échantillon de sol collecté à Kawana (Japon) aboutissent. Un agent actif démontrant une activité antiparasitaire remarquable et largement supérieure aux autres produits connus à l'époque est isolé.


Le nom choisi pour cette famille à part découle de ses propriétés acaricide, insecticide et nématocide:


Avermectines (A : anti - Verm : ver - Ect : ectoparasite - In : produit pharmaceutique)


L'ivermectine en fait partie et est introduite en tant qu'antiparasitaire sur le marché international en 1981.
Cette nouvelle famille d'antiparasitaires est adoptée mondialement en agriculture, en production animale, en médecine des animaux de compagnie, et même humaine.


C'est alors, qu'en 1983, deux courtes informations aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ont révélé l'apparente sensibilité à la molécule de l'Ivermectine chez les colleys et races parentes (une dizaine de races) [4].
Des signes d'intoxication modérée sont observables dès l'administration d'une dose très faible. En effet, la dose de 0,40 mg/kg de poids est recommandée chez le chien en général lors du recours à ces traitements antiparasitaires. Cependant, chez certains colleys, une dose de 0,10 mg/kg de poids pouvait entraîner une intoxication allant jusqu'à la mort de l'animal [4].


Différentes hypothèses ont été formulées pour tenter d'expliquer ce phénomène jusqu'à la découverte du responsable: une mutation génétique qui rend perméable aux toxines la membrane des tissus du cerveau.
Ces colleys présentent alors une neurotoxicité aiguë à l'ivermectine (et d'autres molécules issues des avermectines) administrée à dose thérapeutique. Les chercheurs apporteront plus tard la réponse à cette anomalie:
Les chiens sensibles présentent une anomalie génétique (une mutation) dans le gène MDR1 (Multi-Drug Resistance).
Lorsque le gène MDR1 n'est pas fonctionnel, certaines substances médicamenteuses vont s'accumuler dans le cerveau et deviennent toxiques jusqu'à provoquer un coma, puis la mort de l'animal [5] [14]


MDR1, l'histoire d'une découverte fortuite:


Des checheurs hollandais avaient modifié génétiquement en 1994 des souris par inactivation du gène mdr1 pour en étudier les effets. Aucune anomalie ne fut notée au point de vue anatomique ou dans les paramètres physiologiques. Les chercheurs conclurent que, dans des conditions normales de laboratoire, la glycoprotéine-P n’était pas essentielle pour les fonctions de base.
Cette histoire aurait pu s'arrêter là, mais le destin, sous la forme d'une invasion de parasites dans le laboratoire, en décida autrement. Le local a été traité par des pulvérisations d'ivermectine diluée....provoquant paralysie ou mort des souris mutées, alors que les souris saines n'étaient pas incommodées.!
Les analyses ont révélé des concentrations d’ivermectine 100 fois supérieures dans le cerveau des souris génétiquement modiées par rapport aux souris saines. Cette découverte accidentelle trouve des applications de premier ordre en cancérologie humaine, la glycoprotéine-P empêchant les traitements de pénétrer dans les cellules tumorales. Ce nouvel axe de recherche a mené à des centaines d’études sur le rôle de la glycoprotéine-P comme transporteur de médicaments [1].


Plus tard, en 2001, le Dr Katrina Mealey du College of Veterinary Medicine de Washington State University [2] a démontré
qu’une mutation par délétion du gène MDR était présente chez les colleys sensibles à l’ivermectine. La mutation par délétion entraîna une mutation de changement de phase générant un codon stop prématuré dans le gène MDR avec pour conséquence une glycoprotéine-P sévèrement tronquée non fonctionnelle [3].



 


partir des travaux réalisés par l'Université de Washington, il est possible de rechercher la présence du gène mutant chez votre chien. 2 techniques sont disponibles: le prélèvement de cellules gingivales ou un prélèvement sanguin.


Cette mutation n'a un impact sur nos chiens qu'à partir du moment où l'une des molécules citées dans cette rubrique devra leur être administrée.
Sinon, la mutation ne perturbe pas la vie de nos chiens.
L'étendue de l'atteinte est telle qu'il est impossible d'envisager un dépistage massif pour retirer les chiens de la reproduction. 75% des colleys seraient concernés.


Il semble raisonnable de sensibiliser toute personne possédant un colley, ou un chien de l'une des autres races concernées, à cette atteinte dont le chien est peut être victime.
En outre, de nombreux vétérinaires ne sont pas au courant de ce problème. Nous vous proposons donc une étiquette à glisser dans le carnet de santé du chien.




Des médicaments d'usage courant sont dangereux:


L'immodium ou le Lopéral sont fréquemment utilisés sur prescription vétérinaire pour traiter les diarrhées. Produits d'usage courant, ils peuvent devenir de véritable poisons pour nos Colleys.
Certains vermifuges font également appel à des molécules dangereuses pour nos chiens. Consultez toujours la composition du vermifuge avant de l'utiliser et reportez vous à la liste donnée ici pour savoir si le produit est vraiment sans risque. Elle n'est malheureusement pas exhaustive.
Les derniers médicaments potentiellement dangereux qui nous ont été signalés par des éleveurs sont des vermifuges fabriqués avec l'oxime de milbémycine. Sont concernés les vermifuges de la société Novartis: Milbemax, Program Plus, Interceptor, Sentinel. Ou encore plus récemment, le vermifuge Profender commercialisé par Bayer. La molécule dangereuse étant ici l'émodepside.


 








Attention, LOPERAL = DANGER

Trop d'accidents arrivent à cause de prescription de Lopéral par les vétérinaires. Régulièrement des accidents font l'objet de débats sur le forum interne de Collie online. L'ANMV, dans son avis sur le Lopéral, le mentionne pourtant et les vétérinaires devraient le savoir. Ce n'est malheureusement pas toujours le cas. N'hésitez donc pas à télécharger l'étiquette d'avertissement, et la glisser dans la couverture de votre carnet de santé.


L'ANMV:
L’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) est une instance publique scientifique autonome à compétences administratives, créée au sein du Centre national d’études vétérinaires et alimentaires (CNEVA) par la loi du 10 février 1994 et transférée, avec le CNEVA, au sein de l'AFSSA par la loi de juillet 1998.
L'ANMV est chargée en particulier de délivrer les autorisations de mise sur le marché des médicaments vétérinaires


L'avis émis par l'ANMV au sujet du Lopéral, cliquez ici




 


Piège à éviter:


Tenter de soigner son animal par auto-diagnostic. Par exemple: Un ami éleveur d'une race non concernée par ce problème soigne régulièrement les diarrhées avec l'immodium. Produit d'usage courant, peu cher, facile à trouver, l'erreur serait de l'utiliser sur son Colley en toute confiance.


 


Etiquette à télécharger, découper et glisser dans le carnet de santé du chien: http://www.collie-online.com/colley/mdr1/2009_etiquette_shetland.pdf


Rappel des races concernées:



  • Australian Shepherd (Berger australien, ainsi que la variété miniature) - Collie - English Shepherd - McNab - Old English Sheepdog (Bobtail) - Shetland Sheepdog - Silken Windhound, Longhaired Whippet, Berger Blanc Suisse.
    La mutation a été identifiée au printemps 2009 chez un jeune Lapinkoira d'un élevage canadien..

Nota:
Compte tenu de l'évolution permanente et rapide de l'environnement pharmacologique, Collie-online ne saurait être tenu pour responsable de conséquences, dommageables ou non, résultant d'une information diffusée sur le site qui serait erronée, obsolète, pas à jour ou absente, voire d'une d’une mauvaise compréhension de l’information par le lecteur.


 


issus du site : www.collie-online.com/